Logo CTAQ
Logo CTAQ

Le dossier de la main-d'œuvre occupe une vaste place dans nos préoccupations quotidiennes. La situation se rétablit tranquillement, le Québec ayant récupéré, à cette date, 83,2 % des emplois perdus en mars et avril 2020. Le niveau d’emploi du mois de février est maintenant à 96,8 % de celui de février 2020. Ce sont de bonnes nouvelles pour notre économie. Cela signifie aussi que la rareté de la main-d'œuvre va perdurer dans notre industrie puisque le taux de chômage a baissé à 6,4 %. 

Dans le cadre de la relance économique, des initiatives de formations accélérées se mettent en place pour attirer des chômeurs dans les différents secteurs de notre industrie qui est très diversifiée. Le défi des employeurs sera d’intégrer ces diplômés dans leurs entreprises en leur offrant des stages. Ce sont des solutions innovantes que les entreprises devront apprivoiser.  

Également, rappelons le programme pilote qui permettra à 550 travailleurs étrangers d'être sélectionnés par le gouvernement du Québec comme immigrants reçus. L'atteinte de 24 mois d'expérience risque cependant de limiter le succès du programme qui était très attendu. Cette période, très longue, d’expérience à cumuler ne correspond pas pleinement aux besoins des entreprises qui seront moins compétitives vis-à-vis des autres provinces qui exigent seulement 12 mois d’expérience. 

La refonte du Régime de santé et sécurité au travail est le plus gros chantier en matière de lois du travail depuis les quarante dernières années. La Loi sur la santé et la sécurité au travail (LSST) date de 1979, tandis que la Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles (LATMP) date de 1985. Les décisions prises dans le cadre de cet imposant projet de loi auront assurément des impacts pour les trente à quarante prochaines années. Les employeurs doivent y veiller et s’en soucier. Rappelons que l’objectif du projet de loi est de réduire le nombre et la durée des réclamations tout en améliorant l’efficacité du système afin d'en réduire les coûts, et maintenir une main-d'œuvre en bonne santé. 

Une étude comparative des régimes provinciaux en santé et sécurité au travail a montré que le Régime québécois accuse des retards et des lacunes. Le tarif moyen de la CNESST est 29 % plus élevé qu’en Ontario pour une charge additionnelle de 650 M$. On doit s’y attarder. On doit adapter le système à la réalité du monde du travail d’aujourd’hui et permettre aux accidentés un retour plus rapide sur le marché du travail. Soyons vigilants et attentifs aux changements qui seront apportés par le PL59, parce qu'ils vont modifier le monde du travail pour les prochaines décennies. 

 

Dimitri Fraeys

CTAQ

Nouvelles associées

22 juillet

2021

Le CTAQ et ses membres

Une saine concurrence

22 juillet

2021

Le CTAQ et ses membres

Formation en boucherie industrielle

22 juillet

2021

Le CTAQ et ses membres

SNAC : Développement important

Politique de confidentialité et utilisation des fichiers témoins (cookies)

Le Conseil de la transformation alimentaire du Québec (CTAQ) utilise les fichiers témoins sur l'ensemble de son site afin de pouvoir améliorer votre expérience utilisateur. Apprenez-en plus sur notre utilisation des fichiers témoins et notre politique de confidentialité ici. En continuant l'utilisation de notre site ou en fermant cette fenêtre, vous acceptez notre utilisation des fichiers témoins.