Logo CTAQ
Logo CTAQ

Le gouvernement du Canada a décidé de maintenir la mesure de vaccination obligatoire des camionneurs qui doivent traverser la frontière canado-américaine. Les gens non adéquatement vaccinés devront se soumettre à la période de quarantaine prescrite par les mesures sanitaires, et ce, même en cas de test PCR négatif.

En clair, un transporteur canadien revenant des États-Unis devra s’isoler, et ne plus travailler pendant une période de 10 jours. Et un transporteur américain non adéquatement vacciné ne pourra tout simplement pas entrer au Canada.

Les arriérés d’expédition, les retards dans l’obtention des emballages et des ingrédients et l’absentéisme élevé des travailleurs en raison des protocoles d’isolement de la COVID-19 interfèrent avec la disponibilité de certains produits.

La situation a incité certains fournisseurs de produits alimentaires à informer les épiciers des mesures qu’ils prennent pour exécuter les commandes, notamment la recherche de nouvelles sources de matériaux, l’ajout de capacité de transport et même la modification des recettes de produits, dans certains cas.

Ces complications pourraient se traduire notamment par des pertes et du gaspillage alimentaire (pensons aux fruits et légumes), dus aux retards de livraison et donc l’indisponibilité de certains produits, ce qui impactera les entreprises et les travailleurs en usine, possiblement jusqu’aux tablettes des épiceries. La chaîne de valeur de l’industrie alimentaire a prouvé sa résilience depuis le début de la pandémie. Par contre, une telle mesure peut porter un préjudice important à nos entreprises ainsi qu’aux consommateurs.

Je n’ai pas besoin de vous rappeler les liens vitaux pour le commerce entre le Canada et son voisin américain. Ce que je veux souligner, par contre, c’est l’intensité des échanges nécessaires au maintien des activités manufacturières vu la proximité de nos marchés. Les laitues de Vegpro, cultivées en Floride, remontent la côte Est en camion. Pas en train. Les porcs de Olymel qui sont envoyés aux États-Unis sont transportés par camions. Plus de 20 milliards de dollars de produits agroalimentaires sont importés par le Canada des États-Unis. Vous devinez aisément que ce ne sont pas que des oranges!

Les conséquences de la mesure gouvernementale confirmée par le ministre Duclos vont impacter très directement les capacités de la production alimentaire du Canada puisque nous recevons des intrants servant à la fabrication d’aliments et de boissons dans nos usines alimentaires. Moins de camionneurs, moins de transport de marchandises, moins d’intrants. Sans vouloir être alarmiste, cela pourrait aussi se traduire par des fermetures partielles de quarts de travail, des mises à pied temporaires, etc. 

La chaîne d’approvisionnement alimentaire, durement frappée par la pandémie et une pénurie de main-d'œuvre, peut difficilement supporter cette pression supplémentaire. 

Je m’explique mal cette décision gouvernementale puisque, selon l’Alliance canadienne du camionnage (ACC), entre 12 000 et 16 000 camionneurs seront « sortis » de la route, alors que l’industrie est déjà aux prises avec une grave pénurie de camionneurs. Avec plus de 70 % de la valeur des échanges entre le Québec et les marchés du nord-est des États-Unis acheminés par camion, toute mesure contraignant l'approvisionnement des aliments à la population peut être fortement préjudiciable. 

Les impacts sur l’inflation sont véritables et la flambée des prix des aliments, bien réelle, ne pourra qu’être amplifiée à la hausse. 

Curieusement, cette mesure imposée par le gouvernement canadien aura été la première perturbation qui touche les échanges commerciaux entre le Canada et les États-Unis depuis le début de la pandémie, sachant que les camionneurs jouent un rôle crucial en maintenant les approvisionnements et en assurant la continuité du flux économique dans un contexte pandémique.

Le CTAQ aurait aimé que le gouvernement fédéral accorde un sursis additionnel aux camionneurs dont le statut vaccinal est incomplet. Les pouvoirs publics, dans l'urgence, ont pris une décision qui ne sera pas sans conséquence.

Le CTAQ demande à nouveau un prolongement dans les délais annoncés et invite le gouvernement fédéral à faire appel à l'industrie afin de mieux préparer les décisions qui impacteront l’ensemble des acteurs de la chaîne d'approvisionnement alimentaire du Québec et de tout le pays.

Sylvie Cloutier

Nouvelles associées

01 décembre

2022

01 décembre

2022

01 décembre

2022

Le CTAQ et ses membres

Soutenir la croissance et la productivité de Fruit d’Or

Politique de confidentialité et utilisation des fichiers témoins (cookies)

Le Conseil de la transformation alimentaire du Québec (CTAQ) utilise les fichiers témoins sur l'ensemble de son site afin de pouvoir améliorer votre expérience utilisateur. Apprenez-en plus sur notre utilisation des fichiers témoins et notre politique de confidentialité ici. En continuant l'utilisation de notre site ou en fermant cette fenêtre, vous acceptez notre utilisation des fichiers témoins.