Logo CTAQ
Logo CTAQ

Le Sommet alimentaire s’est tenu à Québec le 17 novembre dernier.  Plus d’une cinquantaine de groupes étaient représentés à cette journée où participaient aussi le premier ministre Philippe Couillard et le ministre du MAPAQ, Laurent Lessard.   Quatre représentants du CTAQ étaient présents.  

Le Sommet avait pour objectif de créer un forum dynamique réunissant les partenaires en vue de doter le Québec d’une politique bioalimentaire.

L’industrie alimentaire, formant le maillon essentiel entre la production agricole et la distribution des aliments et boissons, est le premier secteur manufacturier en importance au Québec avec des livraisons de près de 28 milliards de dollars. L’industrie alimentaire est aussi le premier employeur du secteur manufacturier et représente près de 66 000 emplois directs, qui se retrouvent dans près de 2 000 établissements, et plus de 100 000 emplois indirects. Plus de 70 % de la production agricole du Québec compte sur cette industrie comme principal débouché commercial.

La transformation alimentaire est un atout important pour le Québec. Au-delà de l’emploi, des activités d’exportation, de la stabilité relative du PIB, le secteur de la transformation alimentaire est une vitrine sur le savoir-faire québécois.

Le CTAQ a identifié 4 enjeux majeurs pour l’industrie de la transformation alimentaire pour les prochaines années qui doivent se retrouver dans la nouvelle politique bioalimentaire :

  • Répondre aux besoins de main-d’œuvre
  • Assurer la rentabilité en stimulant l’investissement
  • Prioriser l’innovation
  • Développer les marchés domestiques et répondre aux attentes sociétales

Des recommandations et pistes de solutions ont été développées pour chaque enjeu tel: l’allocation d’un budget pour la valorisation de l’industrie et des métiers afin d’attirer des candidats dans notre industrie;  encadrer les entreprises qui veulent s’automatiser, robotiser les usines et implanter des solutions d’entreprises 4.0; simplifier les processus et reconnaître les innovations technologiques de produits et de procédés (TPP) admissibles aux crédits d’impôt à la RS-DÉ ; et bâtir une plateforme d’information sur les marchés et une veille de marchés en temps réel.

L’industrie agroalimentaire, avec toutes ses ramifications, constitue un immense levier de développement économique avec des impacts dans tous les secteurs et dans toutes les régions. Il faut être en mesure de saisir les opportunités.

Nouvelles associées

21 mars

2019

Affaires provinciales

Un budget 2019 dans la continuité

21 février

2019

Affaires provinciales

PL2 : Loi resserrant l’encadrement du cannabis