Logo CTAQ
Logo CTAQ

Dans un environnement où les prix des produits de base sont élevés et volatils, il est pertinent de se demander dans quelle mesure l’augmentation du prix de la fabrication de bacon est attribuable au coût des engrais utilisés pour faire pousser les céréales qui servent à nourrir les porcs dont provient le bacon. Dans ce billet, nous nous penchons sur un lien important dans la chaîne d’approvisionnement — celui entre les producteurs agricoles et les transformateurs d’aliments — pour comprendre comment les pressions inflationnistes contribuent à l’effet de répercussion des prix des producteurs aux fabricants.

L’inflation s’étend à toute la planète

Les prix des aliments, et les sommets qu’ils atteignent aujourd’hui, font couler de l’encre partout sur la planète. L’Indice des prix à la consommation (IPC) de septembre montre qu’en 2022, les prix des aliments ont augmenté de 10,3 % d’une année sur l’autre, ce qui est attribuable en grande partie à l’influence persistante de la pandémie sur la demande et l’offre. D’une part, la demande refoulée par la pandémie a fait grimper les prix des produits de base en flèche dans certains cas, d’autre part, les goulots d’étranglement de l’offre ont été exacerbés par des perturbations liées aux conditions météorologiques extrêmes et aux troubles géopolitiques, notamment.

Forte hausse des coûts de production dans le secteur agricole depuis 2019

Si les coûts ont augmenté dans toutes les principales catégories d’intrants au cours des trois dernières années et demie, les coûts des aliments pour animaux, du carburant et de l’engrais, en particulier, ont explosé.

À la fin du mois de juin 2022, les coûts du carburant avaient grimpé de plus de 80 % par rapport à leur niveau du premier trimestre de 2019, tandis que les coûts moyens de l’engrais et des aliments pour animaux avaient presque doublé (ou plus que doublé dans le cas de certains types d’engrais).

Dans le secteur de la transformation, les prix que paient les fabricants pour les matières brutes sont en hausse, parallèlement à d’autres coûts. D’après les données sur la performance financière d’Industrie Canada, les achats de matières brutes et les sous-contrats dans le secteur de la transformation des produits laitiers (pour les entreprises qui enregistrent des recettes inférieures à 20 millions de dollars) ont représenté près de 60 % des recettes enregistrées en 2020. Les salaires totaux (des employés salariés et des employés rémunérés à l’heure) ont augmenté en moyenne de 10,6 % annuellement entre 2019 et 2022.

Nouvelles associées

19 janvier

2023

Industrie

Les Prix Alizés sont de retour

01 décembre

2022

Industrie

Ouverture de la 43e législature

Politique de confidentialité et utilisation des fichiers témoins (cookies)

Le Conseil de la transformation alimentaire du Québec (CTAQ) utilise les fichiers témoins sur l'ensemble de son site afin de pouvoir améliorer votre expérience utilisateur. Apprenez-en plus sur notre utilisation des fichiers témoins et notre politique de confidentialité ici. En continuant l'utilisation de notre site ou en fermant cette fenêtre, vous acceptez notre utilisation des fichiers témoins.