Logo CTAQ
Logo CTAQ

La notion de « contenu québécois » et celle de « part des produits québécois » sur le marché alimentaire au Québec se rapportent à deux concepts différents. Le contenu québécois représente la contribution de la demande alimentaire des consommateurs à l’économie du Québec, tandis que la part des produits québécois correspond plutôt à la proportion des produits alimentaires fabriqués ou produits au Québec et vendus dans le secteur du commerce de détail et des services alimentaires du réseau de l’hôtellerie, de la restauration et des établissements institutionnels privés et publics (réseau HRI).

Sur les 30,9 milliards de dollars (G$) de ventes finales de l’industrie bioalimentaire, des ventes de 13,6 G$1 sont réalisées sur le marché intérieur québécois. Des ventes de près de 6,4 G$ sont dirigées vers le reste du Canada et de 7,7 G$, vers les marchés extérieurs étrangers. La partie restante, soit 3,2 G$, est associée à des produits non alimentaires comme le tabac et le cannabis, les aliments pour animaux de compagnie ainsi qu’à des produits de pépinières et de floriculture.

À noter que parmi les ventes totales de 13,6 G$ réalisées sur le marché québécois, une grande proportion, soit 93 %, correspond aux produits transformés, particulièrement les produits de viande (21 %), les produits laitiers (19 %), les boissons (16 %), les produits de boulangerie et de tortillas (14 %), et les autres aliments comme le café, les vinaigrettes et les aliments à grignoter (13 %). Les produits non transformés provenant du secteur agricole et de la pêche comptent pour les 7 % qui restent.

Le contenu québécois est déterminé par une estimation de ce qui est effectivement produit au Québec et vendu sur le marché du Québec, après avoir exclu toute forme d’importation. Il concerne, premièrement, l’utilisation d’intrants intermédiaires de source entièrement intérieure et, deuxièmement, la valeur ajoutée québécoise générée, notamment, dans les maillons de la chaîne alimentaire. Rappelons que la valeur ajoutée équivaut à l’écart entre la valeur des ventes et le coût des biens et services agricoles et non agricoles qui sont utilisés dans le processus de production (intrants intermédiaires). La valeur ajoutée comprend ainsi la valeur du travail des employés et des entrepreneurs en plus de la rémunération des actifs utilisés au Québec dans les activités de production.

Nouvelles associées

22 septembre

2022

Industrie

Sondage sur les protéines végétales

Politique de confidentialité et utilisation des fichiers témoins (cookies)

Le Conseil de la transformation alimentaire du Québec (CTAQ) utilise les fichiers témoins sur l'ensemble de son site afin de pouvoir améliorer votre expérience utilisateur. Apprenez-en plus sur notre utilisation des fichiers témoins et notre politique de confidentialité ici. En continuant l'utilisation de notre site ou en fermant cette fenêtre, vous acceptez notre utilisation des fichiers témoins.