Logo CTAQ
Logo CTAQ

Le 17 octobre dernier, le Canada entrait dans la deuxième phase de la légalisation du cannabis. Une phase 2.0, diraient certains. Une phase autorisant la vente des nouveaux produits du cannabis, à savoir les produits comestibles, les topiques et les extraits.

Pour les transformateurs alimentaires, la première année écoulée nous a permis de mieux appréhender la réglementation, de mettre sur pied différents modèles d’affaires et d’étudier certains marchés extérieurs.

La première année de la légalisation a surtout été marquée par un resserrement de la réglementation, tant au fédéral qu’au niveau du gouvernement du Québec.

  • 8 mai 2019 : exigence de Santé Canada envers les nouveaux demandeurs de licences de culture, de transformation ou de vente de cannabis afin que ces derniers disposent d’un site dédié au cannabis pleinement construit AVANT le dépôt de la demande
  • 14 juin 2019 : publication du règlement final fédéral sur les nouveaux produits de cannabis, dont les comestibles, stipulant, entre autre, que le site dédié doit être un bâtiment totalement détaché d’une autre structure servant à fabriquer des aliments
  • 24 juillet 2019 : publication du règlement du gouvernement du Québec visant les autres catégories de cannabis qui peuvent être vendues par la Société québécoise du cannabis et certaines normes relatives à la composition et aux caractéristiques du cannabis, dont un des articles stipule que « tout produit de cannabis comestible ne peut être une friandise, une confiserie, un dessert, du chocolat ou tout autre produit attrayant pour les mineurs ».

Au Québec, le projet de loi 2, sur la hausse de l’âge minimum pour la consommation de cannabis de 18 à 21 ans, n’est toujours pas adopté. Quant au règlement québécois sur les produits pouvant être vendus par la SQDC, nous demeurons toujours en attente d’une décision de la part du ministre délégué de la Santé et des Services sociaux suite au dépôt des mémoires des parties prenantes.

À l’heure actuelle, les premiers produits comestibles infusés au cannabis devraient être disponibles via les succursales de la SQDC au plus tôt le 17 décembre prochain. Malheureusement, ces produits ne seront pas fabriqués par des entreprises québécoises, aucune d’entre elles n’ayant encore reçu la précieuse licence de transformation de Santé Canada.

Les transformateurs alimentaires intéressés à la fabrication de produits comestibles, incluant les breuvages, infusés au cannabis doivent faire preuve de ténacité et de patience. Ce marché va s’ouvrir, mûrir, prendre de l’expansion. Certains analystes parlent d’une relative maturité du marché qui serait atteinte en 2022-2023.

Lorsqu’on constate que les grandes sociétés de production de cannabis au Canada cotées en bourse ont perdu entre 13 et 62 % de leur valeur dans la dernière année, sans compter la suspension de certaines licences, il apparaît très clairement que les entrepreneurs ont tout intérêt à faire preuve de retenue et, pourquoi pas, de sagesse.

Nouvelles associées

24 octobre

2019

24 octobre

2019

Règlementation

Le Nutri-Score monte en puissance

Politique de confidentialité et utilisation des fichiers témoins (cookies)

Le Conseil de la transformation alimentaire du Québec (CTAQ) utilise les fichiers témoins sur l'ensemble de son site afin de pouvoir améliorer votre expérience utilisateur. Apprenez-en plus sur notre utilisation des fichiers témoins et notre politique de confidentialité ici. En continuant l'utilisation de notre site ou en fermant cette fenêtre, vous acceptez notre utilisation des fichiers témoins.