Logo CTAQ
Logo CTAQ

Je pourrais vous entretenir encore sur l’inflation et les nombreux enjeux d’approvisionnement, de main-d’œuvre et autres, mais vous êtes déjà inondés d’information, de données, de statistiques et vous aussi êtes au milieu de cette tempête qui ne semble pas se calmer à court terme.

Je vous invite à lire mon tout dernier blogue dans Les Affaires qui traite de ces sujets. À cela, je pourrais ajouter que le CTAQ travaille à sensibiliser les parties prenantes, sur des pistes de solutions à proposer, participe à plusieurs forums qui se penchent sur plusieurs des enjeux de la chaîne d’approvisionnement et participe au développement d’un code de bonnes pratiques commerciales fournisseurs-détaillants alimentaires. Je serai possiblement en mesure de vous donner, dans les prochaines semaines, une mise à jour sur le développement du fameux code tant attendu.

J’aimerais profiter de ce mot pour parler d’une nouvelle initiative lancée le 3 juin dernier, à laquelle je participe depuis quelques années. Il s’agit du développement d’un premier indice de durabilité de l’agriculture et de l’alimentation. Comme vous le savez, l’enjeu de développement durable est de plus en plus présent dans la gestion de nos entreprises et doit dorénavant être au cœur de nos stratégies d’affaires.

Une coalition de partenaires des secteurs public et privé a publié le fruit de ses travaux autour du premier indice de durabilité agroalimentaire au pays. Ces travaux définissent les critères qui pourraient servir de fondement à quatre piliers de durabilité pour le secteur agricole et alimentaire canadien : l’environnement, la santé et la salubrité des aliments, l’économie et le bien-être de la société.

L’indice mettra en lumière, entre autres paramètres environnementaux, les progrès accomplis par le secteur de l’alimentation en matière de réduction des émissions de gaz à effet de serre (GES). Il fera également état de la salubrité des aliments canadiens, de la sécurité alimentaire ainsi que des priorités en lien avec le travail et d’autres volets relatifs à la durabilité. L’indice permettra d’établir des rapports consolidés à l’échelle nationale plutôt que sur des exploitations agricoles ou des entreprises prises isolément.

Je crois que cet indice pourrait notamment soutenir les entreprises agroalimentaires et l’image de marque alimentaire de confiance du Canada et devenir un avantage commercial sur les marchés d’ici et ailleurs. 

La coalition, menée par David McInnes, regroupe près de 90 partenaires représentant différents groupes (tels que des associations agroalimentaires, entreprises, ONG sociales, environnementales et autochtones, universités, organismes d’innovation et de technologie, institutions financières, gouvernements fédéral et provinciaux ainsi que des initiatives municipales) et a fait jusqu’ici un travail colossal afin d’élaborer les mesures proposées.

Faisant partie de cet outil novateur, une vingtaine d’indicateurs et une cinquantaine de sous-indicateurs ont été définis et pourront servir de base à l’Indice national de rendement agroalimentaire qui a comme objectif d’harmoniser de façon globale, de concert avec les principaux objectifs de développement durable des Nations Unies et les facteurs environnementaux, sociaux et de gouvernance demandés par les investisseurs.

Le fruit de ce travail présente des examens effectués par des universitaires canadiens et plusieurs organisations mondiales ainsi qu’une feuille de route de gouvernance qui décrit les étapes nécessaires pour renforcer l’inclusion, la transparence et la crédibilité de l’indice tout au long de son évolution. Le rapport décrit également les principes permettant de définir les méthodes pour élargir la collecte de données qui pourraient améliorer les rapports ultérieurs. 

De plus, l’initiative propose trois documents de recherche qui démontrent comment l’indice pourrait permettre d’accroître la confiance des consommateurs, orienter les plans d’action stratégiques et sectoriels, et contribuer à l’évaluation des risques sur les marchés financiers et à la prise de décision en matière d’accès aux capitaux.

La prochaine étape du projet consiste à élaborer un projet pilote ciblé à partir des données disponibles et utilisables ainsi que déterminer les méthodologies permettant de soutenir les travaux. 

Si cette initiative vous interpelle et que vous désirez en apprendre davantage, je vous invite à consulter le site www.agrifoodindex.ca

Sylvie

Nouvelles associées

22 septembre

2022

Le CTAQ et ses membres

Entretien avec Costco

22 septembre

2022

Le CTAQ et ses membres

Les incontournables

22 septembre

2022

Politique de confidentialité et utilisation des fichiers témoins (cookies)

Le Conseil de la transformation alimentaire du Québec (CTAQ) utilise les fichiers témoins sur l'ensemble de son site afin de pouvoir améliorer votre expérience utilisateur. Apprenez-en plus sur notre utilisation des fichiers témoins et notre politique de confidentialité ici. En continuant l'utilisation de notre site ou en fermant cette fenêtre, vous acceptez notre utilisation des fichiers témoins.