Logo CTAQ
Logo CTAQ

Guide alimentaire

Nous sommes toujours dans l’attente de la sortie automnale annoncée pour le nouveau guide alimentaire. Les dates annoncées sur le site de Santé Canada pour la révision du Guide alimentaire :

En 2018, Santé Canada fournira :

  • la Partie 1 du nouveau rapport stratégique sur les directives alimentaires destinée aux professionnels de la santé et aux responsables des politiques ;
  • des messages clés et des ressources complémentaires pour les Canadiens.

En 2019, Santé Canada fournira :

  • la Partie 2 du nouveau rapport stratégique sur les directives alimentaires, qui sera composé de modèles pour une saine alimentation (recommandations sur les quantités et les catégories d'aliments) ;
  • des ressources supplémentaires pour les Canadiens.

Étiquetage sur le devant des emballages

Dans le dossier de l’étiquetage sur le devant des emballages (Front of Pack), les modifications proposées ont été publiées en Gazette 1 du Canada et les commentaires sur ces propositions devaient être déposés entre le 10 février 2018 et le 26 avril 2018. Le CTAQ a envoyé un mémoire sur ces propositions. Nous attendons le choix du logo parmi les quatre qui étaient proposés par Santé Canada.

Nous n’avons aucune indication sur la date de publication et aucune information sur le site de Santé Canada à ce sujet.

Par contre, nous vous transmettons le rapport de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) sur l’étiquetage sur le devant des emballages : http://www.euro.who.int/__data/assets/pdf_file/0007/384460/Web-WHO-HEN-Report-61-on-FOPL.pdf?ua=1

En résumé :

Les enquêtes entreprises par l'OMS / Europe montrent que la majorité des pays européens dispose d'une certaine forme d'étiquetage sur le devant de l'emballage, bien que peu de pays disposent de systèmes d'interprétation permettant de juger de la qualité relative des aliments.

Le nouveau rapport, qui résume les informations sur l'élaboration et la mise en œuvre de politiques d'interprétation de l’étiquetage sur le devant des emballages, a été commandé et développé conjointement par la Division des maladies non-transmissibles et la promotion de la santé tout au long de la vie.

Différentes approches; objectifs différents !

Quinze pays ont été identifiés comme ayant une politique interprétative approuvée par le gouvernement en matière d’étiquetage sur le devant de l’emballage. Dans 13 de ces pays, les logos “d’approbation” avaient été adoptés. Ces logos servent à indiquer les meilleurs choix pour le consommateur, mais ne fournissent aucune information directe indiquant si un produit contient trop ou pas assez d'éléments nutritifs ou d'ingrédients qu'il convient de limiter dans le régime alimentaire, par exemple les graisses saturées, le sel ou les sucres libres. Dans trois pays, la France, Israël et le Royaume-Uni, les gouvernements ont approuvé les politiques d’étiquetage sur le devant des emballages qui fournissent des informations directives sur la teneur élevée en éléments nutritifs (c'est-à-dire une évaluation négative liée à une teneur élevée en graisse, en sel ou en sucre).

Sur la base des preuves synthétisées dans le rapport, un certain nombre de considérations ont été identifiées pour l’adoption ou la révision des politiques relatives à la FOPL afin de garantir que les politiques atteignent les objectifs de la population en matière de nutrition de la population. Ceux-ci incluent :

  • Appliquer un système d’étiquetage unique sur le devant des emballages pour aider les consommateurs à mieux utiliser l’étiquette et à la comprendre ;
  • En utilisant un système d’étiquetage sur le devant des emballages interprétatif qui permet de porter un jugement d’évaluation négatif sur un contenu nutritionnel élevé (c’est-à-dire un indicateur de teneur élevée en graisse, en sel ou en sucre) ;
  • Opter pour l'élaboration de politiques dirigées par le gouvernement plutôt que pour un système basé sur le commerce, car les consommateurs perçoivent ce dernier comme moins crédible ;
  • Mener des recherches participatives avec les parties prenantes pour s'assurer que la bonne politique est choisie pour la population ;
  • Explorer des moyens de surmonter les problèmes de mise en œuvre au moyen de documents d'orientation, d'éducation du public et, éventuellement, d'une mise en œuvre obligatoire ;
  • Créer un programme officiel et exhaustif de suivi et d'évaluation des politiques.
Personne ressource
Personne contact

ANNICK VAN CAMPENHOUT

Vice-présidente, Progrès en alimentation et Développement durable

Nouvelles associées

20 décembre

2018

20 décembre

2018