Logo CTAQ
Logo CTAQ

Avec la nomination du Conseil des ministres du gouvernement fédéral, certains dossiers ont enfin recommencé à bouger. La très longue période de réflexion pour arriver à la composition du cabinet actuel aura permis à la chaîne de valeur économique du Québec et du Canada de dégager ce que sont devenues des ultra-priorités : la main-d'œuvre, l’inflation, la hausse des prix des intrants, la reprise économique, l’environnement et le développement durable.

Suite à l’annonce de la reconduction de madame Bibeau au poste de ministre de l'Agriculture et de l’Agroalimentaire du Canada, ma première réflexion a été de me dire que les acteurs en place au niveau gouvernemental et au sein de l'industrie pourront se mettre rapidement au travail pour reprendre la collaboration. Le retour de Mme Bibeau assure une continuité sur l’ensemble des grands dossiers en cours et une suite rapide sur nos priorités. 

Mme Bibeau et M. Lamontagne du MAPAQ se connaissent bien et sont des atouts pour l’industrie. Nous avons traversé une crise pandémique ensemble et, si un réel ralentissement économique se confirmait dans les prochains mois, nous pourrions conserver cette même unité et proposer des solutions profitables à toute la chaîne de valeur.

Les ministres fédéral-provinciaux et territoriaux de l’agroalimentaire se rencontrent d’ailleurs la semaine prochaine à Guelph (ON) pour discuter des enjeux prioritaires et de l’avancement de certains dossiers. Je n’ai pas de boule de cristal, mais je suis convaincue que la pénurie de la main-d’oeuvre sera à l’agenda ainsi que la hausse importante du prix des aliments et des intrants alimentaires, ou encore le développement du code de conduite transformateurs/distributeurs-détaillants alimentaires. 

Les enjeux de main-d'œuvre sont devenus majeurs. La pénurie actuelle est généralisée, ralentit la croissance de plusieurs entreprises et cause des maux de tête aux entrepreneurs. L’inflation et l'augmentation du prix des aliments à la consommation sont des conséquences directes de la pénurie de main-d'œuvre, en plus de la pandémie mondiale et du climat. L’augmentation très importante du prix du transport, du pétrole, des intrants, des contenants et des emballages s’ajoutent à la longue liste actuelle des difficultés que vivent les entrepreneurs.

Les gouvernements semblent maintenant mieux saisir les problèmes que nous décrions depuis plusieurs mois - sinon plusieurs années - et posent des gestes. Le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, annonçait le 2 novembre la liste des professions admissibles aux quatre assouplissements du Programme des travailleurs étrangers temporaires (PTET). Vous pourrez lire un article à ce sujet dans les pages qui suivent. Il s’agit d’une première étape vers la mise en application des assouplissements temporaires visant à faciliter l'embauche au Québec de travailleuses et travailleurs étrangers temporaires (TET). Le secteur de la transformation des aliments est directement visé par ces assouplissements et permettra à plusieurs entreprises d'obtenir du renfort en matière de main-d'œuvre puisque le seuil passera de 10 % à 20 %.  

Concernant le développement du code de conduite entre les fournisseurs et distributeurs/détaillants alimentaires, je peux vous dire que les travaux sont bien entamés. Un premier rapport d'étape est attendu d’ici la fin de l’année. Ce code devrait, une fois accepté de bonne foi par toutes les parties prenantes, assainir et faciliter les relations entre chaque acteur de la chaîne d’approvisionnement alimentaire. De meilleurs liens d’affaires permettront d’aller plus loin dans le développement de notre industrie, tout en assurant l’autonomie alimentaire par l’approvisionnement de produits québécois sur les tablettes de nos épiceries.

Le CTAQ poursuit ses démarches et mise sur des solutions proactives concernant les enjeux importants pour l’industrie. L’appui des transformateurs alimentaires au CTAQ, plus fort que jamais, est important puisque cet appui crédibilise nos actions auprès des parties prenantes. 

En effet, le CTAQ compte maintenant plus de 600 membres ! J’en suis très fière, ce chiffre confirmant que les efforts déployés par l’équipe du CTAQ, qui travaille sans répit à l'avancement de l’industrie alimentaire, sont bien ciblés.

Sylvie

Nouvelles associées

18 novembre

2021

Le CTAQ et ses membres

Un plan d’actions pour la main-d’oeuvre

18 novembre

2021

Le CTAQ et ses membres

Nouveau PDG chez Olymel

18 novembre

2021

Le CTAQ et ses membres

Novo SST : webinaire gratuit sur l’adoption du PL59

Politique de confidentialité et utilisation des fichiers témoins (cookies)

Le Conseil de la transformation alimentaire du Québec (CTAQ) utilise les fichiers témoins sur l'ensemble de son site afin de pouvoir améliorer votre expérience utilisateur. Apprenez-en plus sur notre utilisation des fichiers témoins et notre politique de confidentialité ici. En continuant l'utilisation de notre site ou en fermant cette fenêtre, vous acceptez notre utilisation des fichiers témoins.