Logo CTAQ
Logo CTAQ

Les 20 et 21 mai derniers, le 2e Sommet sur la Politique bioalimentaire a réuni - virtuellement - plus de 800 personnes afin de faire le point sur l’état d’avancement des cibles de cette politique.

Monsieur André Lamontagne a souligné l'interdépendance du système agroalimentaire du Québec. M. Lamontagne a souligné la nécessité de ne pas travailler en silo. 

Madame Marie-Claude Bibeau a réitéré son engagement envers le respect du programme de compensation pour transformateurs suivant les accords commerciaux.

Le ministre du Travail du Québec, Jean Boulet, a souligné les grands enjeux de la main-d'œuvre au Québec et au Canada : les travailleurs étrangers temporaires (TET), la nécessaire augmentation de la productivité des entreprises du Québec, moins performantes que dans certaines provinces canadiennes et pays de l’OCDE. Le niveau d’automatisation des entreprises au Québec est de 35 %, alors qu’il est de 50 % aux États-Unis et de 75 % en Allemagne. 

C’est un chantier majeur pour toute l'industrie de la transformation alimentaire. Avec une augmentation de la productivité et l'accroissement de l'automatisation, le Québec pourra atteindre les objectifs similaires à ceux de l’OCDE.

Concernant les panels, la cohabitation entre l’agriculture de proximité et l’agriculture de masse a été abordée. Les circuits courts permettent de développer une agriculture de spécialité, locale, familiale qui offre des paniers personnalisés pour une clientèle aux besoins spécifiques. L'achat local pour un résident en région rurale n'est pas le même achat local que pour les grandes entreprises et les détaillants. Manger du poisson de la Gaspésie à Rouyn-Noranda, c'est aussi manger local. 

Le panel clôturant le sommet portait sur la filière alimentaire. La conversation a porté essentiellement sur les deux bouts de la chaîne d’approvisionnement, soit les producteurs et les détaillants et les consommateurs. Il a été toutefois soulevé que la totalité de la chaîne d’approvisionnement se définit par une très grande complexité. Les participants à ce panel ont toutes et tous convenu que la santé des citoyens devrait toujours être au centre des réflexions.

Si le sondage final révélait qu’il faut privilégier avant tout l'achat local pour se rapprocher de l’autonomie alimentaire, la résilience et l’adaptation de la filière aux changements de l’offre et de la demande sont fondamentales.

Nouvelles associées

09 septembre

2021

09 septembre

2021

Politique de confidentialité et utilisation des fichiers témoins (cookies)

Le Conseil de la transformation alimentaire du Québec (CTAQ) utilise les fichiers témoins sur l'ensemble de son site afin de pouvoir améliorer votre expérience utilisateur. Apprenez-en plus sur notre utilisation des fichiers témoins et notre politique de confidentialité ici. En continuant l'utilisation de notre site ou en fermant cette fenêtre, vous acceptez notre utilisation des fichiers témoins.