Logo CTAQ
Logo CTAQ

MESURES ET OBLIGATIONS GOUVERNEMENTALES

 

CANADA

EMPLOYEURS ET EMPLOYÉS

  • Marie-Claude Bibeau a annoncé le 5 mai un programme visant à créer 2 000 emplois pour les jeunes dans le secteur agricole. L'investissement pouvant atteindre 21,4 M$ vise à bonifier le Programme d'emploi et de compétences des jeunes (PECJ) et à financer environ 2 000 nouveaux emplois pour les jeunes dans le secteur agricole. Les demandes dans le cadre du PECJ peuvent maintenant être présentées ;
  • Dans le budget fédéral déposer le 19 avril, plusieurs aides d'urgence aux entreprises sont prolongées jusqu'en septembre 2021 ;
  • Le 3 mars, Justin Trudeau annonce que la Subvention salariale d’urgence du Canada, la Subvention d’urgence du Canada pour le loyer commercial et l’Indemnité de confinement seront prolongées jusqu’au 5 juin. Grâce à ces mesures, le gouvernement veut continuer de supporter les commerces à travers le pays durant le printemps. Les montants déjà versés dans le cadre de ces programmes ne changeront pas ;
  • Ottawa souhaite ajouter 12 semaines d’admissibilité à deux prestations d’urgence pour les chômeurs et les parents avec des enfants à la maison. L’admissibilité à l’assurance-emploi est également allongée de 24 semaines, ce qui permettrait de demander jusqu'à 50 semaines de prestations ;
  • Un nouveau programme d'aide aidera les entreprises les plus touchées par la pandémie. Mis sur pied en partenariat avec les grandes institutions financières du pays, le Programme de crédit pour les secteurs très touchés permettra à Ottawa de garantir des prêts variant de 25 000 à 1 M$ aux entreprises qui font partie d’un secteur critique, comme l’hébergement, les arts et le divertissement. Les entreprises de plus grande envergure, comme les chaînes de restauration, pourraient quant à elles bénéficier de prêts garantis allant jusqu'à 6,25 M$ ;
  • La subvention fédérale au loyer entre en vigueur. Les entreprises peuvent présenter dès maintenant une demande d’aide qui pourrait couvrir jusqu’à 90 % de leur loyer et autres dépenses admissibles. Les demandes seront traitées dans les cinq jours ouvrables suivant leur dépôt, et l’argent commencera à être versé à compter du 4 décembre ;
  • Ottawa investit 1,5 G$ de plus dans la formation de travailleurs. L'aide vise notamment à aider les travailleurs les plus durement touchés par la pandémie, dont ceux des secteurs manufacturiers, du commerce de détail, du transport et de l'industrie récréotouristique, afin qu'ils puissent réintégrer le marché du travail rapidement ;
  • Les entreprises qui ont recours à un compte bancaire personnel ont désormais accès au Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes. La ministre des Finances Chrystia Freeland a annoncé que le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC) sera offert dès le 26 octobre 2020 aux entreprises qui exercent leurs activités à partir d’un compte bancaire non commercial. Pour y être admissibles, les entreprises doivent avoir été en exploitation en date du 1er mars 2020, ouvrir un compte d’entreprise auprès d’une institution financière canadienne qui participe au CUEC et satisfaire aux autres critères d’admissibilité du CUEC. Les entreprises ont jusqu’au 31 décembre 2020 pour présenter une demande au titre du CUEC. Pour consulter le communiqué de presse, veuillez cliquer ici. Les entreprises peuvent déterminer leur admissibilité en cliquant ici ;
  • Justin Trudeau a dévoilé une série de mesures additionnelles pour aider les entreprises à affronter la deuxième vague, le 9 octobre :
    • La nouvelle Subvention d’urgence du Canada pour le loyer (SUCL), qui fournirait un soutien au loyer et à l’hypothèque simple et d’accès facile jusqu’en juin 2021. La subvention serait offerte directement aux locataires mais soutiendrait également les propriétaires des immeubles concernés. Elle soutiendrait les entreprises, les organismes de bienfaisance et les organismes à but non lucratif qui ont subi une baisse de revenus en subventionnant un pourcentage de leurs dépenses, selon une échelle mobile, pouvant atteindre 65 % des dépenses admissibles jusqu’au 19 décembre 2020. Les organisations visées pourraient faire des demandes rétroactives pour la période allant du 27 septembre au 24 octobre 2020 ;
    • Une subventin complémentaire à la SUCL au taux de 25 % pour les organisations qui ont dû fermer leurs portes temporairement en raison d’une ordonnance de santé publique obligatoire émise par une autorité de santé publique admissible (en plus de la subvention au taux de 65 %). Cette mesure donne suite à un engagement énoncé dans le discours du Trône visant à fournir un soutien financier direct aux entreprises qui ont fermé leurs portes temporairement en raison d’une décision des autorités locales de santé publique ;
    • La prlongation de la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC) jusqu’à juin 2021, qui continuerait à protéger les emplois en portant secours aux entreprises afin qu’elles puissent continuer de payer leurs employés et en encourageant les employeurs à réembaucher leurs travailleurs. Le taux de la subvention resterait inchangé, soit un maximum de 65 % des salaires admissibles, jusqu’au 19 décembre 2020 ;
    • Un Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC) élargi, qui permettrait aux entreprises et aux organismes à but non lucratif qui sont admissibles à un prêt au titre du CUEC d’avoir droit à un nouveau prêt sans intérêt pouvant atteindre 20 000 $, qui s’ajouterait au prêt initial de 40 000 $ accordé dans le cadre du programme. La moitié de ce financement supplémentaire serait radié, s’il est remboursé avant le 31 décembre 2022. De plus, la date limite pour les demandes de prêt au titre du CUEC est reportée au 31 décembre 2020. Des renseignements supplémentaires, notamment au sujet de la date d’entrée en vigueur de la mesure et de la procédure de demande, seront annoncés dans les prochains jours. Une attestation des répercussions de la COVID-19 sur l’entreprise sera exigée pour que l’organisation ait droit au financement supplémentaire.
  • Le gouvernement du Canada lance le processus de demandes de la Prestation canadienne de la relance économique (PCRE).  Depuis le 12 octobre, les travailleurs autonomes et les travailleurs qui ne sont pas admissibles à l’assurance-emploi peuvent demander la nouvelle Prestation canadienne de la relance économique (PCRE). Ils ont droit à 500 $ par semaine, pour un maximum de 26 semaines. De plus,  les citoyens ont également accès à la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCMRE) et la Prestation canadienne de la relance économique pour proches aidants (PCREPA), pour lesquels le processus de demande a débuté le 5 octobre. Le processus de demande pour la PCRE est semblable à celui de la Prestation canadienne d'urgence (PCU). Les personnes admissibles peuvent demander ces prestations en ligne au moyen du portail Mon dossier de l'Agence du revenu du Canada. Afin que les prestations de la relance offrent un soutien plus ciblé aux personnes qui en ont encore besoin, le processus de demande pour la PCRE comprend de nouveaux éléments, entre autres :
    • des périodes d'admissibilité plus courtes de deux semaines ;
    • des périodes rétroactives - les personnes devront présenter leurs demandes après la fin de la période visée de deux semaines ;
    • une retenue d'impôt à la source de 10 % - les personnes recevront donc des paiements de 900 $ pour chaque période d'admissibilité de deux semaines ;
    • un délai de réception des paiements de 3 à 5 jours pour les versements effectués par dépôt direct et de 10 à 12 jours pour les versements effectués par chèque par la poste ;
    • Le gouvernement s'est engagé à mettre en place des mesures de protection pour protéger les Canadiens contre la fraude et éviter qu'ils ne respectent pas les règles. Pour ce faire, l'Agence du revenu du Canada met en œuvre dès le départ des mesures de vérification et de sécurité supplémentaires qui l'aideront à s'assurer que les paiements des prestations seront versés seulement aux personnes qui y ont droit ;
    • Pour consulter le communiqué de presse, veuillez cliquer ici.
  • Les deux programmes d’aide aux citoyens, la Prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCMRE) et la Prestation canadienne de la relance économique pour les proches aidants (PCREPA), sont accessibles depuis hier matin ;
  • La Subvention salariale d'urgence du Canada est prolongée jusqu'à l'été 2021 ;
  • Suite au discours du Trône, le gouvernement du Canada annonce trois nouvelles prestations, Conditionnelles à l’obtention de la sanction royale, les nouvelles prestations offriront un soutien du revenu aux Canadiens tout en favorisant la reprise économique grâce à des mesures visant à les encourager à retourner travailler en toute sécurité. Le projet de loi comprend notamment :
    • La Prestation canadienne de la relance économique de 500 $ par semaine pendant un maximum de 26 semaines pour les travailleurs indépendants ou ceux qui ne sont pas admissibles à l’assurance-emploi et qui ont encore besoin d’un soutien du revenu. Cette prestation aidera les Canadiens qui ne sont pas retournés au travail à cause de la COVID-19 ou dont le revenu a été réduit d’au moins 50 %. Ces travailleurs doivent chercher du travail, et en accepter lorsqu’il est raisonnable de le faire ;
    • La Prestation canadienne de maladie pour la relance économique de 500 $ par semaine pendant un maximum de deux semaines pour les travailleurs qui sont malades ou qui doivent s’isoler pour des raisons liées à la COVID-19. Cette prestation appuie notre engagement à faire en sorte que tous les Canadiens aient accès à des congés de maladie payés ;
    • La Prestation canadienne de la relance économique pour proches aidants de 500 $ par semaine par ménage pendant un maximum de 26 semaines pour les Canadiens admissibles qui sont incapables de travailler parce qu’ils doivent s’occuper d’un enfant de moins de 12 ans ou d’un proche dont l’école, le service de garde ou l’établissement de soins est fermé à cause de la COVID-19. Il en est de même si un enfant ou un proche est malade ou doit être placé en quarantaine.
  • Extension du Compte d'urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC) au 30 octobre 2020 ;
  • Ottawa assouplit les règles d'admissibilité à l'assurance-emploi. Ceux qui vivent dans des régions où le taux de chômage est inférieur à 13,1 % verront tout de même leurs prestations d’assurance-emploi calculées à partir de ce taux minimal. Là où le taux de chômage est plus élevé, les prestations seront calculées en utilisant le taux réel de cette région ;
  • Le gouvernement lance une ligne téléphonique pour aider les entrepreneurs, les entreprises, les organismes de bienfaisances ou les OBNL en fournissant de l’accompagnement en comptabilité et des conseils financiers. Le numéro à joindre est le : 1 866 989-1080.

INDUSTRIE

  • Le Réseau canadien d’innovation en alimentation (RCIA) sera déployé en septembre 2021. En tant que nouvelle porte d’entrée canadienne de l’innovation alimentaire, le Réseau canadien d’innovation en alimentation lancera cet automne une série de programmes et de services qui réuniront des acteurs clés du secteur canadien de l’alimentation ;
  • Un montant de 630 M$ sera versé à 4 800 producteurs de poulet, de dindon et d’œufs du pays afin de moderniser leurs installations et d’améliorer leur compétitivité. Ceux-ci devront soumettre leur projet au gouvernement avant de pouvoir toucher les fonds ;
  • Le ministre fédéral de l'Immigration a annoncé l’octroi de la résidence permanente à 90 000 travailleurs étrangers temporaires et étudiants étrangers qui se trouvent actuellement au Canada, en dehors du Québec ;
  • Les travailleurs étrangers temporaires pourront faire leur quarantaine dans une ferme ;
  • Le projet de loi sur la protection de la gestion de l'offre est adopté. Selon le Bloc québécois, ce projet de loi a été rendu nécessaire après une série de brèches contenues dans trois accords commerciaux consécutifs avec l’Europe, les États-Unis et plusieurs autres pays. Le système de gestion de l’offre est appliqué pour les produits laitiers, la volaille et les œufs ;
  • Les travailleurs étrangers temporaires des secteurs de l’agriculture et des pêches n’auront pas à s’isoler à leur point d’entrée au pays, mais devront quand même faire une quarantaine de 14 jours à proximité de leur lieu de travail. Ottawa devra cependant approuver le plan de chaque province ;
  • Par le biais du Fonds d'urgence pour la transformation (FUT), Ottawa annonce avoir versé 7,8 M$ aux usines de transformation de la viande des Praires ;
  • Marie-Claude Bibeau a annoncé la composition du Conseil consultatif de la politique alimentaire du Canada qui sera constitué de 23 personnes représentant l’ensemble des provinces et du système alimentaire, dont Marcel Groleau, Jean-François Archambault et Sylvie Cloutier, qui pour sa part coprésidera le Conseil ;
  • Ottawa lance des consultations sur la stratégie de l'économie bleue, dans le but de créer des emplois pour la classe moyenne tout en garantissant des océans sains et des industries marines durables, de l’aquaculture au transport maritime ;
  • Ottawa investit 55 M$ dans l'énergie propre à travers 20 entreprises du Canada, notamment pour soutenir une agriculture plus durable ;
  • Le budget de l'Agence canadienne d'inspection des aliments est bonifié de 5 %. Une part de l’enveloppe servira à hausser le nombre d’inspections réalisées. Une autre servira à moderniser les laboratoires qui œuvrent à dépister, notamment, l’entrée de maladies ou d’agents pathogènes ;
  • Le deuxième paiement est disponible afin d'indemniser les producteurs laitiers. Les versements estimées à 1,75 G$ s’étendra sur une période de 4 ans et non plus 8 ans. Ottawa a annoncé qu’il avait aussi entamé des consultations auprès des industries du poulet, des œufs, du dindon et des œufs d’incubation sur l’élaboration de programmes de compensation sur dix ans ;
  • Taxe carbone à 170 $ la tonne : une augmentation des prix des aliments envisagée. L'analyste agroalimentaire Sylvain Charlebois affirme que l'augmentation de 15 $ par an de la taxe sur le carbone, qui atteindrait 170 $ en 2030, préconisée par Justin Trudeau le mois dernier, pourrait avoir une incidence importante sur les prix des aliments à la caisse ;
  • Ottawa annonce un autre investissement de 100 M$ pour la sécurité alimentaire au moins de décembre. Ottawa avait initialement annoncé une aide de 100 M$ au fonds d'urgence de sécurité alimentaire en octobre, qui avait déjà reçu un autre financement de 100 M$ au printemps. De ce nouveau 100 M$, 30 M$ ira aux communautés autochtones et environ 65 M$ à des organismes locaux ;
  • Tout indique que le Canada est en voie de dépasser son record de 67 milliards de dollars d'exportations agricoles et agroalimentaires de l'an dernier. L'objectif de notre gouvernement de faire grimper à 75 milliards de dollars ces exportations d'ici 2025 se rapproche à grands pas, selon Marie-Claude Bibeau ;
  • 3,7 M$ sont annoncées pour soutenir l'agriculture. L'investissement de 3,7 M$ annoncé par la ministre Bibeau permettra de soutenir deux projets en appui à Gestion agricole du Canada. Les sommes serviront pour les programmes d’aide à la gestion des risques en agriculture ;
  • Ottawa versera 691 M$ sur 10 ans aux 4 800 producteurs de volaille et d’œufs affectés par les traités de libre-échange. Les fermes laitières toucheront quant à elles un paiement direct selon leur taille. Salué par certains, le programme reçoit toutefois un accueil en demi-teinte dans l’industrie ;
  • La liste des escteurs agricoles est allongé afin d'inclure le maïs de semence, les oléagineux, les céréales et le sirop d'érable le temps de la saison 2021. Ces ajouts permettront aux agriculteurs d'embaucher des travailleurs dans le cadre du Programme des travailleurs agricoles saisonniers ;
  • Marie-Claude Bibeau a annoncé le lancement des deux premiers volets du Défi de réduction du gaspillage alimentaire. Une aide financière sera allouée à ceux dont les solutions innovatrices ont le potentiel de réduire la plus grande quantité d'aliments gaspillés ;
  • Modification en perspective du programme Agri-stabilité. Le rétablissement des seuils de déclenchement du programme Agri-stabilité à 85 % tout en éliminant la limite de marge de référence est susceptible d’assainir le climat des investissements pour les producteurs canadiens de grains et d’améliorer leurs rendements ;
  • Dans le cadre du Fonds d'urgence pour la transformation (FUT), la ministre Bibeau a annoncé l'octroi d'une contribution de près de 2 M$ à neuf transformateurs d'aliments de la région de Montréal et de Laval, dont Montpak, Saputo, Fontaine Santé, Lantic, Prana et Distillerie Blue Pearl ;
  • Ottawa prolonge le Programme d'aide pour l'isolement obligatoire des travailleurs étrangers temporaires. Le PAIOTET sera prolongé jusqu'au 30 novembre. Dans le cadre du programme, le gouvernement versera une aide maximale de 1 500 $ pour chaque travailleur étranger temporaire aux employeurs qui doivent les placer en isolement conformément à la Loi sur la mise en quarantaine ;
  • Ottawa verse une aide d'urgence de 7,5 M$ pour les agriculteurs québécois. Cette aide est allouée aux agriculteurs qui souhaitent se faire rembourser l’achat d’équipements de protection individuelle ou la réfection des logements qui hébergent leurs travailleurs étrangers saisonniers. À l’échelle du Canada, l’enveloppe totale de cette aide est de 35 M$ ;
  • AAC souligne que pour les sept premiers mois de 2020, les exportations canadiennes de produits agroalimentaires et de produits de la mer ont augmenté de 8 % pour atteindre 42,1 G$, contre 38,9 G$ pour la même période l’an dernier. Les principales destinations pour les exportations de produits agroalimentaires et de produits de la mer demeurent les États-Unis, avec près de 52,7 %, suivis par la Chine avec 12 %, le Japon avec 7,3 % et l’Union européenne avec 5 %. Il est à noter que l’UE a enregistré une augmentation de 36,3 % de la valeur par rapport à la même période en 2019. La frontière canado-américaine restera fermée aux voyages non essentiels jusqu’au 21 octobre 2020. Néanmoins, les exportations canadiennes de produits agroalimentaires et de produits de la mer vers les États-Unis sont en hausse jusqu’à présent en 2020, par rapport à la même période l’an dernier. Les exportations de produits agroalimentaires et de produits de la mer canadiens vers la Chine ont atteint une valeur d’environ 5 G$, soit une augmentation de 35 % par rapport à la même période en 2019 ;
  • La ministre Marie-Claude Bibeau a annoncé la mise à jour de la plateforme de la marque Canada par le gouvernement afin de veiller à ce que l'industrie et les partenaires aient accès à de nouveaux graphiques et outils optimisés pour les plateformes numériques d'aujourd'hui. La mise à jour leur permettra de rejoindre davantage de consommateurs et d'améliorer leurs relations virtuelles avec des acheteurs du monde entier. La marque Canada vise à accroître la visibilité des produits alimentaires canadiens et à faciliter leur distinction des produits des concurrents. La stratégie et ses éléments sont offerts gratuitement et ont été préparés en collaboration avec le secteur et les gouvernements provinciaux. Veuillez cliquer ici pour en savoir plus ;
  • Prolongation du Programme d’aide pour l’isolement obligatoire des travailleurs étrangers temporaires (PAIOTET). Suite à l'extension des Décrets d’isolement obligatoire de la Loi sur la quarantaine, le programme d'aide à l'isolement obligatoire pour les travailleurs étrangers temporaires a été prolongé pour inclure les travailleurs étrangers temporaires arrivant jusqu'au 31 octobre 2020. Les employeurs peuvent soumettre de nouvelles demandes jusqu'au 31 octobre 2020 et ont maintenant jusqu'au 30 novembre 2020 pour soumettre leurs réclamations. Le programme a également été mise à jour afin de permettre aux employeurs qui ont recruté des travailleurs étrangers temporaires dans le cadre du Programme de mobilité internationale qui étaient assujettis à la période d'isolement obligatoire de 14 jours d'être admissibles au programme. Les employeurs qui ont utilisé le Programme de mobilité internationale peuvent être remboursés jusqu'à 1 500 $ pour les travailleurs étrangers temporaires arrivés le ou après le 26 mars 2020 ;
  • Les premiers 16 % est le nom d’une nouvelle série balados qui porte sur les plus récentes idées dans le secteur agricole et agroalimentaire. Chaque court épisode porte sur un seul sujet examiné en profondeur. Un nouvel épisode est disponible tous les deux semaines. Veuillez cliquer ici pour plus de détails ;
  • Près de 1 G$ en prêts pour les entrepreneures agricoles. Près de 1 400 demandes ont été acceptées par Ottawa dans le cadre d’un programme visant à aider les femmes d’affaires à faire grossir leur entreprise ou à parfaire leurs connaissances. Les prêts totalisent 994,5 M$ ;
  • Ottawa accorde 18 M$ au secteur agroalimentaire. De cette enveloppe, 10,5 M$ iront à 27 projets au Québec. Les fonds proviennent des budgets des six agences fédérales de développement régional, qui se concentrent sur le soutien des initiatives hyperlocales. Le financement peut faire suite à des accords qui étaient en cours avant la crise ;
  • Ottawa lance son programme de récupération d'aliments excédentaires. Marie-Claude Bibeau a annoncé que le gouvernement avait signé des accords, d'une valeur de près de 50 M$, avec huit organisations afin d'arrimer la demande des banques alimentaires et d'autres groupes communautaires avec l'offre des producteurs agricoles ;
  • Le gouvernement canadien entend renforcer la protection des travailleurs étrangers temporaires et débloque de nouveaux budgets pour aider les agriculteurs à améliorer les conditions de vie sur les fermes ;
  • Le gouvernement fédéral a dévoilé les détails d’un programme de 469 M$ visant à aider les pêcheurs à faire face aux impacts économiques de la pandémie ;
  • Le gouvernement du Canada a mis sur pied un portail qui regroupe tous les programmes de soutien financier que les producteurs et transformateurs d'aliments sont susceptibles de pouvoir bénéficier. Veuillez cliquer ici ;
  • Fonds d'urgence pour la transformation. La ministre de l'Agriculture et de l'Agroalimentaire a lancé le Fonds d’urgence pour la transformation (FUT) de 77,5 M$ dans le cadre des mesures prises par le gouvernement du Canada pour aider les Canadiens et les entreprises aux prises avec des difficultés liées à la COVID-19. Le CTAQ est l'organisme responsable de la gestion des fonds et des opérations pour le Québec. À cet effet, les formulaires seront disponibles sur le site Web du CTAQ et nous serons prêts à débuter l'analyse des demandes sous peu. D'autres communications seront effectuées à ce sujet prochainement. Le CTAQ met à votre disposition, dès maintenant, une page internet qui résume le programme, ses objectifs, les demandeurs admissibles, le partage des coûts, les critères d'évaluation, les documents requis, etc. Veuillez cliquer ici ;
  • Le 5 mai 2020, le premier ministre Justin Trudeau a annoncé de nouvelles mesures dans le cadre des programmes agricoles. Il a également annoncé un investissement de 252 M$ pour soutenir les agriculteurs, les entreprises alimentaires et les transformateurs d'aliments. De plus, le premier ministre a annoncé que le gouvernement compte proposer l’ajout de 200 M$ à la capacité d’emprunt du secteur. Le gouvernement annonce un nouvel investissement de 252 M$ pour aider le secteur agroalimentaire. Veuillez cliquer ici afin de consulter le communiqué de presse. Ce montant sera réparti selon les sommes suivantes :
    • 77 M$ aux transformateurs alimentaires pour protéger la sécurité de leurs travailleurs :
      • Achat d’équipement de protection personnel ;
      • Mise à jour des protocoles sanitaires ;
      • Permettre d’adapter les usines pour augmenter la production canadienne locale.
    • 125 M$ pour la mise sur pied d’un programme « Agri-relance » pour les éleveurs de bétail et de porcs :
      • Vise à aider les producteurs à s’adapter aux changements du marché ;
      • L’élevage d’animaux dépasse la capacité de transformation et les fonds aideront les producteurs à s’adapter au fait que les animaux doivent être maintenus sur la ferme plus longtemps qu’en temps normaux ;
      • C’est un premier investissement et si le gouvernement doit en faire plus, il en fera plus.
    • 50 M$ pour l’achat de surplus alimentaires qui seront redistribués aux organismes de bienfaisance et de sécurité alimentaire.

TRANSPORT ET APPROVISIONNEMENT

  • La frontière canado-américaine demeure fermée. Seuls sont autorisés le commerce des biens et marchandises et les voyages considérés comme essentiels. Hors États-Unis, les frontières internationales du Canada demeurent par ailleurs fermées aux étrangers, dont la présence est jugée non essentielle ;
  • Justin Trudeau a annoncé de nouvelles mesures afin d'arrêter l'arrivée au pays des nouveaux variants du coronavirus. Ces mesures prennent effet à minuit le 3 février :
    • Les services d’Air Canada, Sunwing, Air Transat et WestJet vers les destinatins des Caraïbes et le Mexique (les « destinations soleil ») sont suspendus jusqu'au 30 avril ;
    • À partir de la semaine prochaine, tous les voyageurs internationaux devront obligatoire atterrir par les aéroports de Toronto, Vancouver, Calgary et Montréal ;
    • Les tests de dépistages à l’aéroport seront obligatoires ;
    • Les voyageurs devront obligatoirement rester dans des hôtels identifiés jusqu’à l’obtention de leurs résultats de tests. Une fois les résultats négatifs obtenus, ils pourront poursuivre leur quarantaine à la maison, mais avec une surveillance accrue. Ceux qui seront déclarés positifs feront leur quarantaine dans un centre de la Santé publique ;
    • Les travailleurs essentiels ne sont pas affectés par ces nouvelles mesures, dont les travailleurs du secteur de l'agriculture et de l'agroalimentaire ;
      • Les vols nolisés de travailleurs essentiels ne font face à aucune restriction ;
      • Ces travailleurs sont toujours assujettis au test pré-départ et à la quarantaine déjà supervisée par leur employeur.
  •  Les frontières internationales du Canada fermées jusqu'au 21 février. Ces restrictions empêchent l’entrée de citoyens étrangers au pays, sauf pour un voyage jugé essentiel. Les Canadiens, eux, peuvent toujours rentrer quelle que soit la raison de leur voyage ;
  • Les tests de dépistage pourraient aussi être demandés à la frontière terrestre. Ottawa étudie présentement le dossier ;
  • Tous les voyageurs âgés de cinq ans et plus devront obligatoirement présenter un test de dépistage de la COVID-19 négatif datant de moins de 72 heures avant d’embarquer dans l’avion. Avec cette nouvelle restriction, Ottawa veut décourager les voyages non essentiels ;
  • Vous pouvez consulter le tableau des temps d'attente à la frontière.

MESURES POLITIQUES

  • Ottawa adhère au principe d'un passeport vaccinal pour les voyageurs ;
  • Ottawa a dévoilé son budget 2021 le 19 avril ;
  • Le directeur parlementaire du budget estime que les dépenses fédérales liées à la pandémie devraient baisser de 86 % au cours du prochain exercice par rapport à 2020-2021. Une partie de cette baisse est attribuable à une chute prévue des dépenses liées à l'aide aux particuliers ;
  • En date du mois de mars, le premier ministre indique que l’échéancier visant à vacciner tous les Canadiens demeure le même, soit septembre 2021 ;
  • Justin Trudeau affirme que le Canada a sécurisé un plus grand nombre de doses de vaccins par habitant que tous les autres pays dans le monde ;
  • Tous les voyageurs âgés de cinq ans et plus devront obligatoirement présenter un test de dépistage de la COVID-19 négatif datant de moins de 72 heures avant d’embarquer dans l’avion. Avec cette nouvelle restriction, Ottawa veut décourager les voyages non essentiels ;
  • ACEUM : premier litige entre les États-Unis et le Canada. Les États-Unis accusent officiellement le Canada de limiter injustement la capacité des producteurs laitiers américains de vendre leurs produits au nord de la frontière. Le gouvernement canadien soutient que les quotas respectent tout à fait les limites permises par le nouvel accord ;
  • Selon l'énoncé budgétaire, le déficit fédéral gonflera à au moins 382 G$, soit 50,7 % du PIB canadien ;
  • Ottawa veut accueillir un nombre record d'immigrants. Le pays désire attirer 1,2 million d’immigrants d’ici 2023 afin de relancer l’économie et combler le manque de main-d’œuvre. Il envisage d’ajouter 401 000 nouveaux résidents permanents l’année prochaine ;
  • Ottawa annonce 100 M$ supplémentaires aux Fonds d’urgence pour la sécurité alimentaire. Cet investissement s’ajoute à un premier financement annoncé le 3 avril en faveur du même fonds. Le gouvernement fédéral versera les montants à des organisations nationales et régionales, qui aideront ensuite les banques alimentaires et organisations alimentaires locales à travers le Canada.

Retourner à la page COVID-19.

Politique de confidentialité et utilisation des fichiers témoins (cookies)

Le Conseil de la transformation alimentaire du Québec (CTAQ) utilise les fichiers témoins sur l'ensemble de son site afin de pouvoir améliorer votre expérience utilisateur. Apprenez-en plus sur notre utilisation des fichiers témoins et notre politique de confidentialité ici. En continuant l'utilisation de notre site ou en fermant cette fenêtre, vous acceptez notre utilisation des fichiers témoins.